Z comme … Zou … Zou …Zouave !

#Challenge AZ, Lignée PATY, Génération IV , Sosa 8

Allez, c’est parti pour le dernier article de ce ChallengeAZ 2021. Et c’est avec un grande joie que je le finis !!!

On fera un petit bilan demain.

« Comment ça, le dernier article ? Mais , alors, je n’aurais plus le droit de venir faire mes petites siestes … heu … surveillances sur le bureau ? »

Avant de dire au revoir, regarde, je vais te raconter l’histoire des Zouaves de notre famille.

« Ah des zouaves, y’en a partout, tous les gamins et gamines qui viennent me gratouiller la tête font les zouaves !! »

Mais non, je ne parle pas d’eux mais de nos ancêtres qui, durant leur service militaire et les temps de guerre, se sont retrouvés incorporés dans les régiments des troupes d’Afriques.

Ce fut le cas d’André PATY, le grand-père de mon mari, qui s’est retrouvé au sein du 9ème régiment de Zouaves d’Afrique dès le début de son service militaire. Nous voici en 1938.

André Isaïe PATY, nait le 15 Aout 1918, à Montigny le Gannelon, petite ville eurélienne. Il est le fils légitime d’ Isaïe Aristide PATY et de Léontine COURCIMAULT. Lors de ses classes, il est rattaché au 9ème Régiment des Zouaves à Alger à partir du 1er Avril 1938, avant d’être rappelé au moment de la mobilisation de 1939.

D’après son livret militaire, il est noté qu’il a combattu contre l’Allemagne du 1er Septembre 1939 au 06 Juin 1941 sur divers fronts au sein du 9eme Régiment des Zouaves et de la 87ème Division d’Infanterie d’Afrique :

  • Front tunisien de septembre à novembre 1939.
  • Front de l’est à Sarreguemines du 1er Mars 1940 au 30 Avril 1940.
  • Front de l’Ailette, Front de l’Aisne.
  • Front de la Seine.
  • Front du Cher du 15 Mai 1940 au 25 Juin 1940.
  • Front Algérien du 27 Juin 1940 au 06 Juillet 1940.

Front Tunisien Septembre – Novembre 1939

Le 9ème régiment de zouaves (9e RZ) est un régiment d’infanterie appartenant à l’Armée d’Afrique qui dépend de l’armée de terre française. Il a été créé en 1914 au Maroc. Le 2 Septembre 1939, la déclaration de guerre conduit le 9eme RZ et André PATY vers le sud tunisien afin de faire face à une éventuelle menace Italienne. Le 21 octobre la 87eme DIA dont dépend le 9eme Zouave, est désignée pour rejoindre la métropole et prendre position près de Sarreguemines en Moselle.

Front de l’est à Sarreguemines du 1er Mars 1940 au 30 Avril 1940 

Du 1er au 3 mars 1940, Le régiment et la Division font mouvement vers la région de Sarreguemines. Les 4 et 5 mars, elle relève la 7e DIC dans le secteur centre du secteur fortifié de la Sarre, entre Grosbliederstroff au nord et Frauenberg à l’est. La division tient le secteur de Sarreguemines, entre Grosbliederstroff et Frauenberg.

Le secteur fortifié de la Sarre, est une partie de la ligne Maginot, situé entre le secteur fortifié de Faulquemont à l’ouest et le secteur fortifié de Rohrbach à l’est. Il forme une ligne le long de la frontière allemande, de part et d’autre de la Sarre, de Lelling à Achen (Moselle). Les fortifications du secteur sont particulièrement légères, s’appuyant sur des inondations, on parle de « ligne Maginot aquatique ».

Front de l’Ailette, Front de l’Aisne : 17 Mai – 11 Juin 1940

L’offensive allemande s’est déclenchée le 10 mai 1940 et l’ennemi a percé à Sedan. Aussitôt le régiment s’établit à partir du 18 mai sur les berges du canal de l’Ailette dans l’Aisne. Dès le 21 mai des attaques ennemies se déclenchent et le régiment reçoit l’ordre de tenir ses positions coûte que coûte : il arrête effectivement toutes les attaques jusqu’au 6 juin en soirée. Devant une menace d’encerclement, le régiment reçoit l’ordre de décrocher, mission exécutée dans la nuit au contact de l’ennemi.

Les Allemands sont plus forts en nombre et mieux armés, mais nos soldats français sont vaillants et combattent au péril de leurs vies. Lors de la bataille de l’Ailette et de l’Aisne (5 au 11 juin), le 5 juin à l’aube, les Allemands franchissent le canal à la faveur d’un épais brouillard artificiel puis ils isolent et contournent les centres de résistance des deux bataillons français.

Le 6 juin, les Allemands repartent à l’attaque au lever du jour. Ils sont arrêtés devant Trosly-Loire avec des pertes significatives et ne parviennent pas à faire tomber les points d’appui encerclés. Vers 21h00, arrive aux unités l’ordre de repli vers l’Aisne.

Durant la nuit, les zouaves arrivent à briser l’encerclement.

Le 7 juin matin, le décrochage vers Vic-sur-Aisne s’exécute après un vif combat livré à Audignicourt. Dans l’après-midi, réduit à la valeur de deux petits bataillons le régiment se regroupe à Sailly, au sud de l’Aisne.

Le 8 juin, le régiment occupe la ferme de Pouy. En fin d’après-midi il repousse une violente attaque sur sa position qu’il tient encore toute la journée du 9 juin malgré les attaques répétées de l’infanterie allemande appuyée par d’intenses feux d’artillerie. Le régiment se replie dans la nuit du 9 au 10 juin sur Taillefontaine où, dans la journée du 10 juin, il arrête encore la progression de l’ennemi.

Le 10 juin, le 2e bataillon à Taillefontaine se trouve à nouveau en première ligne et arrête l’attaque allemande dans son secteur. Dans la soirée, le bataillon décroche avec la division qui doit se reporter en arrière de la Gergogne (entre Crépy-en-Valois et Meaux).

Le 11 juin, tandis que le 2e bataillon arrive dans l’après-midi avec la division dans la région de Vincy-Manœuvre, le 1er bataillon, totalement isolé dans la région de Crépy-en-Valois, résiste aux attaques allemandes pendant toute la journée avant de pouvoir rejoindre les lignes amies en profitant de la nuit. A son arrivée, il ne représente plus guère que la valeur d’une demi-compagnie.

Front de la Seine : Bataille d’Ile de France, 12 au 15 juin 1940

Le 12 juin, le régiment reçoit l’ordre de repli au sud du GrandMorin. Il est exécuté dans la nuit du 12 au 13 juin sur l’axe Puisieux, Barcy, Meaux, Quincy.

Le 13 juin matin, la division occupe la position allant du confluent de la Marne et du Grand Morin à Couilly inclus ; le régiment tient le sous-secteur de Saint-Germain-sur-Morin. En fin de journée, l’ordre de repli sur la Seine étant arrivé au régiment, il fait mouvement par voie routière jusqu’aux environs de Fontainebleau.

Le 14 juin matin, la division tient la Seine de Samois-sur-Seine à Veneux-les-Sablons ; le régiment tient le sous-secteur de Champagne-sur-Seine.

Le 15 juin, avec l’arrivée des Allemands dans la zone, la tête de pont du régiment à l’est de la Seine est repliée et le pont de Champagne-sur-Seine est détruit. Dans la nuit du 15 au 16 juin, le régiment rejoint le carrefour de l’Obélisque au sud de Fontainebleau.

Front du Centre du 15 Mai 1940 au 25 Juin 1940 

Le régiment est transporté le 16 juin à l’aube sur Ladon puis, dans la soirée, le pont de Sully étant impraticable, la division se dirige sur Gien en laissant un mur défensif au nord de la Loire, vers Bordes et Bonnée.

Le 17 juin, tandis que la division franchit la Loire à Gien, le mur défensif qui comprend des éléments du régiment est finalement encerclé et les défenseurs faits prisonniers.

Le 18 juin, réorganisée en deux groupements mixtes, la division fait mouvement à Salbris puis dans la nuit du 18 au 19 juin sur le Cher, où, le 19 juin, dans la matinée elle installe de forts bouchons antichars à Mennetou et Châtres. Après un ultime contact le 20 juin dans l’après-midi, les débris de la division poursuivent leur repli vers le sud. Franchissant l’Indre à Buzançais puis la Creuse à Ciron, ils arrivent le 24 juin sur la Vienne à hauteur de Saint-Junienre.

L’armistice du 25 Juin 1940 trouve le 9ème Zouaves sur la vienne, prêt au combat, après le repli de plus de 400 km, dans l’ordre et sans avoir connu de défaite !

Sur les combats de l’Ailette, le régiment a fait dans les rangs de l’ennemi environ 1800 morts et 4500 blessés, ayant lui-même perdu 28 officiers, 97 sous-officiers et 1038 caporaux et zouaves tués, blessés ou disparus.

C’est donc fortement diminué de ses effectifs que le 9e RZ est dissous le 16 juillet 1940. Les rescapés du régiment regagnent l’Algérie à bord du « Gouverneur Général de Gueydon ».

Sur la période de Mars à Juin 1940, qu’ André Isaïe PATY fait acte de bravoure au péril de sa vie en assurant les liaisons télégraphiques et la réparation des lignes malgré les bombardements et les tirs violents d’infanterie.

Ayant vaillamment tenu le front aux Allemands en prenant part aux opérations et combats en armes dans son unité malgré les décisions de replis successifs de l’armée française, André Isaïe PATY est de nouveau cité à l’ordre du régiment par le Lieutenant-colonel TASSE en juin 1940 en restant jusqu’au bout en armes dans son unité, avec une remarquable attitude au cours des combats du bataillon à Trosly sur Loire et Taillefontaine.

Malgré la non-homologation officielle de cette seconde citation, c’est avec tous les honneurs qu’il reçoit la croix de guerre avec étoile de bronze, décoration aujourd’hui religieusement conservée par ses descendants.

André Isaïe PATY reviendra sain et sauf de cette terrible période mais surement meurtri, psychologiquement et physiquement.

La seconde guerre mondiale a fait de nombreux dégâts autant matériels qu’humains. Chaque survivant a gardé dans un coin de sa mémoire une trace indélébile de ce terrifiant combat.

« Je me dresse sur mes pattes pour saluer tous les grands soldats de deux guerres qui ont tué et affaiblis des milliers d’hommes, de femmes et d’animaux. »

Voilà ce challenge est maintenant fini. Sydney et moi avons été ravis de partager tout cela avec vous.

A bientôt. Généalogiquement votre. Bises.

« Miaouuuuu »

  10 réflexions sur “Z comme … Zou … Zou …Zouave !

  1. 2 décembre 2021 à 20 h 47 min

    Voilà un ChallengeAZ bien réussi !

    Aimé par 1 personne

  2. 1 décembre 2021 à 14 h 02 min

    Je comprends bien que cette précieuse décoration soit conservée religieusement ! Merci pour ce sympathique challenge et la bise au non moins sympathique Sydney 😊

    Aimé par 1 personne

  3. 30 novembre 2021 à 23 h 07 min

    Jolie fin de challenge. Il va falloir penser à faire un nouveau contrat d’assistant à Sidney, il a l’air doué

    Aimé par 1 personne

  4. 30 novembre 2021 à 21 h 37 min

    Qu’elle belle fin …

    Aimé par 1 personne

  5. 30 novembre 2021 à 21 h 27 min

    Merci ce challenge remplit d’humour. La bise à Sydney et à bientôt !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :