Albert Louis HOUEL et son livret militaire

#LemoisGeneatech, Génération 4, Sosa 12 Lignée HOUEL

Février nous ouvre les bras et en même temps s’ouvre « le mois de la généalogie » avec Geneatech pendant lequel seront déclinés différents thèmes. Cette première semaine nous permet d’explorer des sources peu ou pas connue. En lisant ce thème, je me suis dit : « Houlà , je vais laisser les pros faire ».

Et puis en ouvrant comme tous les soirs, mon gros classeur j’ai redécouvert un document qui, pour moi, est un trésor à lui seul : Le Livret Militaire de mon grand-père.

Albert Louis HOUEL est né le 03 Mars 1932 dans le 5ème arrondissement de Paris. A la veille du Front Populaire et des belles années de la France, on peut supposer que son enfance fut assez heureuse malgré l’arrivée de la guerre. Fils de travailleurs, par Gustave Albert HOUEL et Marie Louise Madeleine LEVEILLE-TOUZEAU, il a certainement appris très tôt la valeur du travail. Je ne lui connais qu’une sœur.

Mon grand-père Albert Louis

Si son histoire personnelle recèle des souffrances et des secrets familiaux que je ne peux dire ici, son parcours militaire, lui, m’a été éclairé grâce à son livret militaire. En effet, comme tous les jeunes, il est appelé durant sa vingtième année à faire « ses classes ». Vu les dates récentes, les fiches matricules ne sont pas encore disponibles dans la vaste sphère des archives numérisées mais le document que le passé m’a transmis est un précieux trésor, en tant que document familial mais aussi de par son contenu, relatant ainsi son parcours :

Le premier Mars 1952, il est appelé à faire son service militaire pour une durée prévu pour 18 mois. Numéro de Matricule 75-31877 classe 1952, il est appelé à l’activité le 06 Novembre 1952 affecté au 1er Régiment de Spahis Algérien sous le numéro 247.

Il est muté à l’Escadron de Mitrailleuses et Canons en mars 1953.

Nommé à l’emploi de première classe du régiment 443-DCCN69 à partir du 24 Mars 1953, il devient brigadier du régiment 52/2-DCC N°46 à compter du 16 Mars 1954.

Le 1er régiment de spahis algériens est une unité de cavalerie de l’armée française. Il est le premier des régiments de Spahis employés par l’armée d’Afrique. Il est l’un des plus anciens corps d’armées, crée en 1831 sous le nom de 1er Régiment de Chasseurs d’Afrique Cavaliers Indigènes, il devient Spahis d’Algérie en 1946.En 1954, Il est implanté dans l’Algérois et les pelotons, sont répartis sur toute la zone : à Médéa, Blida, Aumale, Arthur. Cette cavalerie à cheval est la mieux adaptée pour circuler dans des zones où la géographie ne permet pas aux véhicules de circuler.

C’est justement dans la zone de Médéa, qu’Albert HOUEL est stationné avec ses camarades d’infortune. Son carnet militaire ne donne pas de précision supplémentaire.

Albert est libéré de ses obligations militaires le 01 Mai 1954 et revient en France.

Malheureusement, il sera rappelé 2 ans plus tard ; le 29 Juin 1956 pour embarquer à Marseille direction Alger où il restera jusqu’en novembre 1956 dans le cadre de la Guerre d’Algérie.

Les régiments de spahis avaient pour mission quotidienne la pacification, en clair permettre aux populations de vivre en paix : les soustraire à l’emprise et aux rébellions. Parfois, ils étaient appelés à combattre à cheval ou à pied pour soumettre les rebelles.

L’armée parle de « monture à cheval », mais la réalité montre des ânes, souvent têtus, comme le dit la fameuse réputation, mais qui ont malgré tout une résistance à la charge, à la distance tout aussi impressionnante.

L’histoire de l’indépendance d’Algérie est encore fraiche dans les mémoires des populations aussi bien françaises qu’algérienne.

La guerre d’Algérie est un conflit qui se déroule de 1954 à 1962, principalement sur le territoire algérien avec également des répercussions en France. Elle oppose l’état français à des indépendantistes algériens, principalement réunis sous la bannière du Front de Libération Nationale.

Si la guerre d’Algérie influence la politique française et mène à l’indépendance de la colonie, les conséquences sont multiples et les conflits civils et ethniques sont loin d’être finis. La vie de mon grand-père a -t-elle été bouleversé de façon dramatique par cette guerre ? L’espoir me fait penser que non.

Si chacun doit, à sa manière, rendre service à sa patrie en défendant les valeurs inscrites sur les frontons de nos mairies, tous ont donné de leur temps et parfois de leur vie, pour prouver à la nation qu’ils étaient dignes de protéger ses dites valeurs, à des endroits et des époques différentes et chacun avec les moyens qu’il avait.

Il y a ceux dont on dit qu’ils font l’Histoire.

Il y a ceux qui écrivent l’Histoire.

Il y a ceux qui, plus simplement, ont vécu l’Histoire…

Sans eux rien n’eut été possible.

Extrait de mon ouvrage « Au coeur du passé »

  2 réflexions sur “Albert Louis HOUEL et son livret militaire

  1. wolfram2011
    1 février 2021 à 20 h 26 min

    Très bel article. C’est un document tellement précieux ! Quelle chance !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :