A comme … Admodiateur

#ChallengeAZ 2021, lignée BATY, Génération XIII Sosa 7184

« Ah bah, il commence bien ton ChallengeAZ, Christelle, tu te mets déjà à inventer des mots !! »

Et non mon cher petit Sid ! Je ne m’aventurerai pas à ce jeu là dans le monde de la généalogie !

Aujourd’hui, j’ai découvert cette profession : Admodiateur. Mais en fait, en lisant les diverses définitions que j’ai pu trouver, je me rend compte que ce n’est pas vraiment une profession mais plutôt une charge résultant d’un contrat passé avec une seigneurie.

L’historien François Lassus donnait la définition suivante :
« L’amodiateur de seigneurie est le « fermier général », qui se substitue au propriétaire pour gérer un ensemble de terres, de droits et d’autres objets les plus divers, contre le versement d’un prix fixe (canon) ; à lui de se rembourser le canon du bail en percevant au mieux les redevances dues au seigneur, et de sous-louer à des particuliers (en faisant son bénéfice) ce qu’il ne peut exploiter lui-même : il est donc en même temps locataire et bailleur. Le fermier peut être un particulier entreprenant sur de petites opérations : une seigneurie peut ne consister qu’en un domaine utile ne comprenant que quelques terres ou prés. Ce peut aussi être un maître de forges qui maîtrise ainsi les différents éléments qui l’intéressent sur tout un secteur en cumulant les baux (l’accès à l’eau, l’usage des forêts, les usines bien sûr…) et relaisser tout le reste à des agriculteurs des lieux concernés. »

Bon revenons à cette définition : L’amodiateur (parfois nommé « admodiateur ») était, sous l’Ancien Régime celui qui donnait une terre en location (« à ferme »), moyennant une prestation périodique, généralement en nature (céréales, etc.). L’amodiateur est un officier de la terre. Son rôle est d’affermer (fixer les montants des fermages) les revenus de la seigneurie pour une durée de 3 ou 6 ans, éventuellement renouvelable.

Cela me parait plus clair pour moi, d’un coup, et toi Sid qu’en penses-tu ?

« Donc si je comprends bien, c’est un fermier un peu plus riche que les autres ? »

Oui on peut dire cela, mais je ne suis pas certaine de pouvoir le prouver.

Dans notre généalogie, seul un ancêtre avait cette charge si particulière : Paul BRULON. Partons à sa rencontre.

Nous voici en 1694, la France de Louis XIV est encore durement marquée par une terrible crise économique (1692-1694). Le pays est également engagé depuis 1688 dans une guerre contre une large coalition d’Etats européens, la ligue d’Augsbourg. Un conflit qui épuise le royaume et incite le roi de France et de Navarre, Louis XIV a établir la capitation, un impôt direct par la déclaration du 18 janvier 1695. C’est le premier nouvel impôt « par tête » créé depuis la royalisation de la taille au XVe siècle.

C’est dans ce contexte de famine et de très grande pauvreté des petites gens que Paul BRULON perd son épouse Christine PERISEL(LE) dont l’inhumation est inscrite sur les registres de Fontaine (connu sous la commune de Fontaine-en-Dormois, de nos jours) le 11 Janvier 1694. C’est grâce à ce premier document que je découvre les fonctions de Jean en tant qu’ admodiateur de la seigneurie de Fontaine.:

Inhumation de Christine PERISEL(LE) – Fontaine-en-Dormois.1692-17912 E 287/1
Archives départementales de la Marne page 7

Malgré toute cette misère nationale, Fontaine, petit village marnais sous la seigneurie de la famille Bignipont, ouvre les portes de son église pour célébrer l’union de Perette BRULON, fille de Jean et de PERISEL(LE) Christine avec Pierre SIMON. Nous sommes le 24 Janvier 1695. Lors de cette union, Paul est toujours noté comme admodiateur de la seigneurie de Fontaine.

Acte de mariage SIMON Pierre et BRULON Perette 24/01/1695 Fontaine-en-Dormois

Plusieurs points peuvent être soulignés dans cet acte : Le pasteur et curé de la paroisse de la Marne porte le même nom de famille, y-aurait-il un lien familial caché ? Parmi les témoins, on constate qu’un autre homme BRULON, nommé Jean, est lui aussi Admodiateur de la seigneurie de Bauconville. Fait il aussi partie de notre lignée BRULON ?

D’après la définition, on peut supposer qu’il a acquit quelques terres pour les mettre en location de culture, principalement des vignobles, au vue de la région, propice à ce type de culture.

Quant à Jean et son épouse PERISELLE Christine, ils auront à ma connaissance 6 enfants.

« Ce challengeAZ commence bien !! On repart avec bientôt plus de questions que lorsque tu as commencé ! »

Et oui, Sidney, c’est ça aussi la généalogie !! Des questions qui trouvent des réponses à force de recherches mais qui par conséquence nous amènent à de nouvelles questions !! Voici donc une nouvelle enquête à mener !!

  19 réflexions sur “A comme … Admodiateur

  1. 13 novembre 2021 à 21 h 51 min

    Voilà une première lettre qui donne envie de suivre ce super ChallengeAZ. Allez, je continue à tourner les pages de A à Z

    Aimé par 1 personne

  2. 2 novembre 2021 à 22 h 19 min

    Que de travail pour cette première lettre !

    Aimé par 1 personne

    • 2 novembre 2021 à 22 h 30 min

      Merci beaucoup ! Il faut être à la hauteur quand on voit tous les super articles qui fleurissent !

      J’aime

  3. 1 novembre 2021 à 18 h 33 min

    Une découverte pour moi. Bon courage pour ce challenge

    Aimé par 1 personne

  4. 1 novembre 2021 à 15 h 28 min

    Vraiment intéressant. Une des beautés de ce challenge est de nous permettre d’en apprendre toujours davantage. Cette fonction m’était totalement inconnue.
    Paul Brulon a probablement dû laisser des traces chez les notaires pour ces locations, non ?

    Aimé par 2 personnes

  5. fannynesida
    1 novembre 2021 à 14 h 19 min

    Intéressant éclairage sur cette fonction

    Aimé par 1 personne

  6. 1 novembre 2021 à 14 h 02 min

    et un mot de plus dans mon dictionnaire

    Aimé par 1 personne

  7. Marie Mafalda
    1 novembre 2021 à 12 h 29 min

    Bravo ! Vous n’avez pas choisi un thème simple.

    Aimé par 1 personne

  8. 1 novembre 2021 à 11 h 34 min

    Je ne connaissais pas cette profession, un grand merci pour cette découverte. Par contre je lis plutôt Paul comme prénom et non Jean…

    Aimé par 1 personne

  9. Dominique Lenglet
    1 novembre 2021 à 10 h 28 min

    C’est effectivement très bien, et très documenté ! si tu tiens la route pendant 26 jours sur le même rythme, chapeau !

    Aimé par 1 personne

  10. 1 novembre 2021 à 10 h 06 min

    Très intéressant ton article 🤩

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :