Je suis Français !! Depuis le temps que je le dis !!

#RDVAncestral – Février 2021, Generation 6 , Sosa 58+59, Lignée BATY

ça y est, mon cerveau vient de se mettre en ébullition, j’ai oublié le RDV Ancestral, prévu le troisième samedi de chaque mois !

Qui va donc venir me causer ? Qui vais-je rencontrer dans les brumes de la Cathédrale de Chartres ?

La brume est toujours là, mais la Cathédrale a disparu…

Je suis dans une rue principale d’un petit village. Quelques gens s’ activent pour éviter d’attraper la mort, qui est toujours à proximité des plus faibles.

Je ne le vois pas mais je l’entends au loin chanter sa joie en sautillant et en embrassant tous les passants.

Janvier 1890, le 22. Nous sommes dans la Marne, dans le petit village de Changy qui compte à peine 200 âmes.

Le voilà qui arrive à mon niveau et toujours aussi joyeux, Anselme Gustave MARCHAL m’ enlace, sourire aux lèvres et me lance :  » ça y est, ma petite, ils ont enfin reconnu que j’étais français, depuis le temps que je le dis !! Il en aura fallu du temps !! « 

Sa joie est communicative, je lui souris. Il continue sa route, se retourne et me dis : « Viens, suis moi, je vais te présenter la famille et te raconter mes mésaventures. »

Nous entrons dans une petite maison sur la rue principale. Déjà fume la marmite avec le repas du soir sur le poil à bois. Victoire Pauline CHAUDEL, son épouse lève les yeux de son travail de couture et sourit, sachant déjà ce que son époux va lui dire. Mais elle se tait et le laisse parler :

« ça y est enfin, cette histoire est terminée !! Je suis français, reconnu sur le papier, il en aura fallu du temps !! « 

« Tiens, en passant j’ai croisé le  » futur » et je l’ai invité à s’attabler avec nous, sors une tasse on va boire un café bien chaud ! « 

Le futur c’est moi, et cela ne perturbe en rien Victoire qui me sourit à son tour et me sert une tasse ce ce qu’ils appellent un café. Aucune remarque ne sort de ma bouche et j’accepte, lèvres pincées, cette tasse fumante qui annonce un partage hors du commun.

Ils sont habillés simplement de vêtements de la ferme, ne sont pas bien grands et semblent bien marqués par le temps qui passe, leur peau est tannée comme si elle avait souffert du vent, du froid puis des sècheresses, de la chaleur du soleil et ça plusieurs fois.

« alors, me dit il, tout ça, en fait, c’est à cause des prussiens, ils nous ont volé nos terres !! » commence-t-il un peu grincheux.

« Marie Anne Etienne, la mère, est partie un 14 février, il y a environ 24 ans maintenant. Le père, Laurent était effondré. Mais il a fallu continuer à vivre. Nous étions 4 garçons à la maison, chacun participait aux taches comme il pouvait. J’étais jeune, j’avais à peine 6 ans. » Une pointe de tristesse apparaît sur son visage fermé.

« Puis il y a eu la guerre et ce satané traité qui a donné aux allemands une partie de l’Est de la France, nos Terres !!!!! Ils ont osé donner nos terres !!!! » commence-t-il à crier, la colère apparaissant sur son visage.

« Il a fallu prendre une décision et le père nous a demandé de plier nos bagages, d’emporter à la fois le maximum, pour ne rien laisser aux étrangers, et le plus important, pour éviter d’être surchargé inutilement ».

« Nous sommes partis en quête d’un meilleur monde mais partout où l’on tentait de s’installer, nous étions accueillis comme des étrangers, jugés comme des espions. Et enfin l’installation définitive en 1876 en France, à Luxémont d’abord, puis Merlaut, et enfin Bassuet et Changy. »

« J’pensais en avoir fini avec cette période mais le temps m’a vite rappelé d’où je venais. Je m’souviens au bureau d’enregistrement militaire lorsque j’ai donné nom nom et mon prénom en 1881, pour me faire enregistrer dans la classe de 1880, ils m’ont répondu d’un ton sec :  » On n’enregistre pas les étrangers. »

« Heureusement, Mr le Maire de Merlaut de l’époque m’a aidé et on a fait pleins de papiers et pleins de lettres pour demander l’admission à domicile, comme ils disent. D’abord en 1881, mais rien n’a suivi. Puis c’est Mr le Maire de Changy qui m’a aidé. c’était en 1887. Il en a fallu du temps mais j’ai enfin obtenu l’admission à domicile le 29 Mars 1887. »

« Depuis, j’ai rencontré Victoire et la petite Laurence est née l’an dernier. Et il a re fallu faire des courriers pour enfin valider définitivement mon attachement à la France et ma naturalisation française, que selon moi je n’ai jamais perdu. »

« Et aujourd’hui…Aujourd’hui…. c’est …. » Une larme de joie coule sur son visage, il se lève rapidement et sors, cachant son émotion.

Enfin Victoire prend la parole « Tu sais ma petite, c’est très dur pour lui de ne pas pouvoir revoir ses terres, ses frères, ne pas savoir ce qu’ils sont devenus. Au début il avait des nouvelles, mais peu à peu… la famille s’est effilochée. Aujourd’hui, il retrouve un peu une famille, la France, même si au final, demain, rien n’aura changé. »

« Allez il est temps que tu rentres chez toi maintenant, le vent se lève, il va pleuvoir et j’ai les bêtes à rentrer et ma couture à terminer ».

Anselme Gustave MARCHAL et Victoire Pauline CHAUDEL, français dans leurs veines, dans leur cœur, jusqu’à la fin.

  Une réflexion sur “Je suis Français !! Depuis le temps que je le dis !!

  1. 21 février 2021 à 9 h 13 min

    Voici une bien jolie histoire d’ancêtres

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :