Alexandre GROUIN et son fils François Alexandre

#Geneasaint, Génération 9 et 10, Sosa 324 et 162, lignée JOUIN

Le Royaume de France, au côté de l’Autriche, vient d’entrer en guerre face à la Grande-Bretagne, alors alliée à la Prusse dans ce que l’on appellera dans la guerre de Sept ans. Ce conflit débute en 1756 et concerne les grandes puissances européennes de cette époque, regroupées en deux systèmes d’alliance, et a lieu sur des théâtres d’opérations situés sur plusieurs continents. A la Capitale, Louis XV échappe à un attentat au début de l’année1757.

C’est dans cette atmosphère inquiétante que Louis GROUIN se lève ce matin-là du 1er Janvier 1758 ,dans sa petite ferme bonnevalaise. La nuit fut courte. Mais comme chaque matin, dès l’aurore, il se lève, boit une tasse chaude. Ce matin, exceptionnellement, il rallume la cheminée, la maison doit rester chaude. Il faut qu’il se presse pour faire les tâches quotidiennes : Il enfile sa culotte de travail, sa veste, parsemées de trous, et remonte son col. Il est prêt. Le coq aussi, sautant sur son épaule, sait qu’il faut vite sonner le début de la journée, malgré le froid.

Aujourd’hui, en ce premier jour de l’année, Louis ira aussi à l’église porter le petit gars né dans la nuit pour le faire baptiser. Sa Marie Françoise (BESNARD) aura ainsi quelques minutes à elle pour se reposer. Louis a plus de tâches à faire ce matin, mais elle mérite bien quelques heures, voire quelques jours de repos après ce dur labeur qu’elle a fait cette nuit. Elle a mis au monde son premier enfant : Alexandre GROUIN.

Le temps passe et la vie continue, la France rentre dans des périodes troublées mais Alexandre cultive la terre des propriétaires tel un damné renvoyé sans cesse à son dur labeur. Il est journalier et offre ses valeurs de travail à quiconque qui a besoin de bras. Il sait que ce sont les paysans qui nourrissent le monde ; qui fournissent le blé pour faire le pain, qui nourrit les familles ; qui entretiennent les bêtes fournissant le lait et la viande pour les plus aisés.

Et pourtant il fait partie des plus pauvre mais il est aussi riche d’une richesse bien plus importante que tout le reste : La valeur de son travail et la récompense qu’offre celui-ci. Alexandre est certes pauvre, mais pas malheureux. Il a rencontré celle qui devient son épouse le 13 Novembre 1787 à Bonneval, la jeune Marie Thérèse LORMEAU.

Involontairement, mais inexorablement, l’histoire se répète ce matin là, 20 Mars 1790 : A son tour, Alexandre se prépare activement pour entretenir le jardin, préparer la soupe et ne pas penser à ce qui va se passer aujourd’hui. Et pourtant à peine la fourche plantée dans le foin des bêtes, qu’il l’entend hurler. Seul, il prie pour que tout se passe pour le mieux. Mais il lui faut être patient, sa femme est en train de lui offrir le plus beau cadeau de la vie : Un enfant.

Après de nombreuses heures, l’enfant pousse enfin son premier cri. Il accourt à l’entrée et stoppe net de peur de déranger, de gêner les voisines venues soutenir Marie Thérèse. On vient lui présenter un lange : C’est son fils.

Instinctivement pour le protéger du mal toujours rodant et bénir ce petit être, Alexandre marche au plus vite vers l’église Notre-Dame de Bonneval tout en tenant précautionneusement son petit paquet : Ainsi est baptisé François Alexandre GROUIN.

Malheureusement, ce petit homme se retrouve orphelin de sa mère alors qu’il n’est âgé que de 3 ans. Malgré le remariage de son père, un sentiment d’abandon perpétuel l’imprégnera et fera de lui un homme solitaire.

Il devient militaire en tant que Fusilier du 69ème de ligne du 24 Avril 1810 au 19 Septembre 1815 durant les grandes guerres de l’Empire : Les guerres napoléoniennes sont la série de guerres qui ont lieu en Europe alors que Napoléon dirige la France. Elles sont en partie le prolongement des guerres engendrées par la Révolution française de 1789, et vont durer tout au long du Premier Empire. Si le commencement de ces guerres successives de possession du territoire européen est peu précis dans le temps, il est facile d’en fixer la fin : le 20 novembre 1815, après la défaite de Napoléon à Waterloo.

Revenons à notre Francois GROUIN :

Il épouse le 20 février 1817 à Bonneval Henriette Louise PHILOREAU avec qui il retrouve un équilibre amoureux et une douceur féminine dont il saura profiter en offrant à sa dulcinée 4 beaux enfants.

Il est décoré en 1857 de la médaille Sainte-Hélène : 

Voulue par Napoléon III, cette décoration récompense les 405 000 soldats encore vivants en 1857, qui ont combattu aux côtés de Napoléon 1er pendant les guerres de l’Empire de 1792 à 1815 :

Le 15 avril 1821, lors de son exil à Sainte-Hélène, Napoléon dicte un testament comportant trois parties. La troisième est un acte de reconnaissance à l’égard de ceux qui ont combattu « pour la gloire et l’indépendance de la France ». Napoléon III « voulant honorer par une distinction spéciale les militaires ayant combattu sous les drapeaux de la France dans les Grandes Armées de 1792 à 1815 » fit créer une médaille commémorative qui fut accordée à tous les survivants. Il appela cette nouvelle décoration la « Médaille de Sainte-Hélène ».

L’attribution de la médaille repose sur des critères stricts, tout en concernant de nombreuses personnes :

=> Le soldat doit avoir servi aux armées de terre ou de mer françaises entre 1792 et 1815, sans aucune durée de service requise, ni aucune participation à une campagne.

=> Il doit obligatoirement pouvoir justifier de son service durant cette période à l’aide de tout document émanant des autorités militaires.

François Alexandre GROUIN décède le 09 Octobre 1866 toujours à Bonneval.

  2 réflexions sur “Alexandre GROUIN et son fils François Alexandre

  1. 24 février 2021 à 13 h 02 min

    Très bel article et richement argumenté et étayé … un sacré boulot

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :